Réf DT 24: Une histoire de vendetta

25Fév10

D’emblée, mes excuses. Je n’ai pas mis à jour cet espace depuis plusieurs semaines pour la raison que vous trouverez ici.

Lors de son dernier exercice de communication, le Premier ministre mauricien a fait une déclaration qui a eu l’effet d’une bombe : il est en faveur de la réintroduction de la peine de mort à Maurice, « pour certains crimes ». Dès lors, les appels se sont multipliés lors des émissions de radio qui commentaient en direct cette apparition publique hautement attendue par la population. Le lendemain, les critiques ont continué à pleuvoir ( et ). Malgré le fait que cette déclaration ait été accueillie par des cris de joie de l’assistance présente, le Premier ministre a choqué.

Personnellement, je ne suis pas convaincu.

Je ne pense pas que Navin Ramgoolam, Premier ministre de l’île Maurice en 2010, a réellement l’intention de réintroduire la peine de mort, 15 ans après son abolition. Je n’ai aucune prétention en matière de psychisme vis-à-vis du chef de l’exécutif mauricien, mais cette manœuvre, si elle était authentique, relève d’un véritable non-sens. Ce qui me pousse à penser que le Premier ministre bluffe. D’autant plus que, au même moment se tient à Genève le 4ème congrès mondiale contre la peine de mort.

Une telle déclaration ne manquera pas d’attirer les regards – habitués à des atrocités ailleurs – sur une petite île à forte connotation paradisiaque. Et qui dépend énormément sur des touristes français, traditionnellement farouchement opposés à la peine de mort. Ceci, à quelques mois de la Coupe du Monde qui se tiendra à une poignée de centaines de kilomètres de Maurice. Pire encore, les nombreuses aides de bailleurs de fonds internationaux sont régies par des listes de conditions fermement ficelées autour de la question des droits de l’homme. La réintroduction de la peine de mort disqualifiera Maurice, jusqu’ici considérée comme « le meilleur élève d’Afrique ».

Pour ces raisons, je ne pense pas que le Premier ministre ait mesuré le poids de ses mots. Ou peut-être, si, justement. Car, à mon avis, il avait autre chose en tête : il voulait simplement faire d’une pierre deux coups. D’abord, rassurer une population en proie à une situation d’insécurité grandissante. A l’amorce des prochaines élections législatives, un récent sondage sur le terrain a révélé au Premier ministre que cette question est actuellement le centre des préoccupations de la population. Il leur a fait savoir que leur préoccupations sont les siennes.

Dans un deuxième temps, le Premier ministre mauricien a joué une carte politique. Dissipant les rumeurs d’alliance avec le principal parti d’opposition du pays, il s’est rapproché du discours de la troisième force politique du pays. Recevant par la même occasion la bénédiction du Président de la République, ancien dirigeant de cette troisième force. Une histoire de vendetta politicienne à quelques mois des élections législatives, histoire d’alimenter l’imaginaire de la population et de fouetter son appétit pour tout ce qui est rumeurs politiques.

Dès lors, la question se pose: comment va-t-il s’en sortir? Le Premier ministre n’en a pas besoin. Même s’il a précisé sa déclaration deux jours après, en ciblant les trafiquants de Subutex comme ceux passibles de la peine de mort, il ne s’agit que d’un discours d’intention qui ne se concrétisera pas. Car dans son même discours, le Premier ministre avait mentionné une phrase que la presse, toute fière d’avoir eu une déclaration pour alimenter les colonnes pendant plusieurs semaines, n’a pas retenue: « on juge les gens par ce qu’il font, pas par ce qu’ils disent ». Et il n’en fera rien. Car il a trop à perdre.

Publicités


11 Responses to “Réf DT 24: Une histoire de vendetta”

  1. Oui, ce poste parait logique! C’est souvent du blah blah sans action avec navine. Beaucoup ne se rendent pas compte que navine avoue son incomptence comme ministre de l’interieur a chaque fois qu’il parle de l’insecurite dans le pays. La perception d’insecurite a toujours ete plus elevee a chaque mandat travailliste et il le sait tres bien.

    • Je pratique une approbation nuancée de ton commentaire Bruno. En tenant ce discours sans action, Navin Ramgoolam réussit un pari osé: être efficace. Il est efficace car du même jet de pierre il réussit à:

      1. Rassurer la population qui pense que les peines infligées ne sont pas assez sévères.
      2. Tenir éloigné les bailleurs de fonds et autres partenaires stratégiques qui pourraient frapper uniquement s’il apporte cette proposition au parlement.
      3. Occuper la presse qui était trop curieux sur ses manoeuvres d’alliances ces dernières semaines. Il leur a donné « ene lot lezo pou morder ». Et ils ont mordu.

      • Le point 3 est exactement ce que j’avais dis sur le groupe Facebook du MMM:

        « Apres pas bliez: kan Navin ek PTr ti en diffikilte en 2008 a coz zafaire Air Mauritius ek Indira Manrakhan, li finn garde enn long silence, apres li brandi election partielle pou diverti l’attention. Li ti fer meme zafer au debut so mandat, apres 100 jours, kan li pas ti ressi fer prix baisser, Au lieu affront le probleme, li fer Gokhool introduire so crime cont zenfant Mauriciens ek so A+ pou dimoun coz contre-reform education au lieu coz prix.

        La pareil, li pas le dimoun coz so rencontre ek Berenger. Li finn trouv enn decoy ki appel Peine de Mort. »

        C’est dommage que la politique a Maurice se resume a des faux-semblants, des « decoys » et stratagemes douteux.

  2. 4 Anzaka

    Très bonne analyse…….. Merci pour ce post. Cependant, je regrette qu’on arrive à ce telles bassesses/ou idioties en termes de stratégies politiques à la veille des élections. Celle nouvelle n’a pas manqué de faire la une du journal télévisé d’Antenne Réunion hier à 19h …. heure de pointe et je sais que les critiques ne tarderont pas…. En écoutant ces nouvelles commentées par le journaliste hier j’ai eu un sentiment de honte et de colère … car le message qui est avant tout retenu est le suivant: Maurice recule – dérape …. quand le « paradis » devient bourreau; bref, après tout, c’est l’Afrique diront certains – république bannière- ce sera au Premier Ministre, mais malheureusement à toute l’île, de récolter les fruits de sa stratégie! Lamentable…

  3. 5 Anaka

    En passant, les nouveaux coulisses de l’express pour encore plus d’info justifient plutôt bien l’absence de post, félicitations – l’on peut aussi constater que certaines identités se précisent

    • Je savais que c’était une mauvaise idée d’inviter mes visiteurs sur ce lien…

      • 7 Anaka

        ahha! est-ce totalement innocent ? 🙂 on laissera Freud trancher lol. Pour revenir au sujet, de là où je suis, j’ai l’impression (du moins? en lisant les différents commentaires laissés sur les journaux en ligne) que les Mauriciens ne sont pas si opposés à la proposition de notre PM… n’étant pas sur le terrain, je me trompe peut-être…je l’espère en tout cas –

      • 8 Anaka

        Rapidement car je viens juste de consulter l’express d’aujourd’hui qui a publié les résultats de son mini sondage – résultats qui confirment mes impressions…je cite « 62% des 1073 répondants au sondage lancé, le 24 février dernier, par lexpress. mu se sont prononcés en faveur de la réintroduction de la peine de mort. »
        Hmmmm que faut-il u voir ? à quel niveau ce mini sondage reflète-t-il l’opinion des Mauriciens à ce sujet? Qu’est-ce que cette prise de position reflète quant à l’état d’esprit actuel des Mauriciens……sentiment d’insécurité bien manipulé par nos politiciens – ça me rappelle la campagne de Bush ! C’est d’ailleurs en jouant la carte de la peur et de la guerre en Irak qu’il a été réélu….

      • 9 1132nd

        Cela me renvoie a ce que quelqu’un m’a dit recemment. Je me souviens plus trop de ses mots, mais l’idee est la suivante:

        Le probleme a Maurice c’est que quand une institution ne marche pas – problemes systemiques ou du au personnel – les mauriciens ont appris a se tourner vers les politiciens. Traditionnellement, ces derniers sont les seuls a pouvoir debloquer des situations. Et aujourd’hui, culturellement, on est arrive au point ou les gens trouvent qu’il est bete de se tourner vers l’institution, alors qu’on peut aller voir le politicien directement. Tout le mal vient de la.

        Pour revenir au debat, les Mauriciens se sentent menaces, ils sentent leurs droits et libertes fondamentaux – droit a la propriete, droit a la vie, droit a la liberte de mouvement – menaces par des gens qui, eux aussi ne font plus confiance au systeme. Pire, ceux la ne craignent plus les punitions societales. Que faire des lors? Quand le droit de soi est bafoue aussi facilement, comment penser aux droits de l’autre, par qui tout le mal inflige a soi est arrive pour commencer? On cherche a chatier. Mais on est consterne par le sort de Sada Curpen, Christophe Caterino et d’autres. On ne fait plus confiance a notre tour au systeme.

        A travers cette explication, je ne cautionne pas la position des Mauriciens en general. Mais je la mets en perspective. D’autant plus que le sondage que tu cites, sur Internet, a ete fortement alimente par les 18-35 ans, l’age de l’internaute mauricien lambda. Alors on peut, par defaut, exclure le qualificatif de retrograde. L’explication serait plus profonde.

  4. 10 Anaka

    lapsus et genre: à lire « nouveaux couloirs » ou « nouvelles coulisses » bien sûr… c’est au choix! je fais préfère faire la correction illico presto pour éviter les foudres hâtives!

  5. 11 christinam

    « il ne s’agit que d’un discours d’intention qui ne se concrétisera pas »

    Je l’espère aussi, tout comme Avinash (http://www.noulakaz.net/weblog/2010/02/25/politics-and-the-death-penalty/).

    L’ennui, c´est que, entretemps,

    (1) cela donne un sale coup à notre image de démocratie moderne,

    (2) c’est une énième manifestation de la démagogie populiste de nos dirigeants politiques – donc ça ne s’améliore pas en ce qu’il s’agit de la maturité politique de notre pays (et ça va empirer avec la campagne pré-électorale)

    (3) la population manifeste une approbation quasi dominante (les radios ont diffusé les cris du coeur déchirants du veuf Jhowry et de la mère Evariste – le citoyen lambda peut-il résister à ces appels émotionnels?)

    (4) le PM peut donc être rattrapé par ses intentions (comme le disait Ram Seegobin hier)

    Christina Meetoo


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :