Réf DT 20: Je m’excuse

06Déc09

Je m’excuse d’être pessimiste. Voir fataliste. Mais contrairement à pratiquement tous, je ne suis pas emballé par Copenhague 2009. Je suis sceptique. Je doute de la volonté de l’humanité de freiner son évolution et à limiter son pillage de notre mère nourrice. Pourtant, j’ai grandi dans l’univers altermondialiste. Jusqu’à ce que je réalise finalement que le nouvel ordre mondial est la démocratie triomphante à l’Américaine. Soit la voix de la majorité stupide. Celle dont les choix sont irréfléchis, sans aucune logique apparente, sauf le fait de « vivre pleinement sa vie ». Sans se soucier des autres.

Je m’excuse d’avoir vécu mon éveil politique autour de 1999. Alors que tous autour de moi débattent sur les émeutes de Kaya ou notre Premier ministre qui aurait du mal à décuver et à réagir promptement, mon regard est braqué ailleurs: Seattle 99. Mon adolescence a été bercé par des groupes musicaux tels que Rage Against the Machine et Mickey 3D. Mes martyrs Leonard Peltier, Mumia Abu Jamal et Satpal Ram. Mes idoles Che Guevara et le Sous Commandate Marcos. Cliché, peut-être, dans le milieu. Différent des autres de mon âge et de mon environnement immédiat surtout.

Je m’excuse d’avoir été déçu des épisodes qui se sont succédés depuis. J’ai appris à comprendre les enjeux du protocol de Kyoto en 1997. Son évolution et de son impuissance m’ont trahi. En 2007, j’ai suivi avec un regard distant la conférence à Bali, où les pays de l’Hemisphère Sud se consultent sur la question climatique. Mais nous ne sommes pas les fautifs. Ceux qui sont à blâmer et qui sont plus responsables que les autres ne regardaient même pas. Eux sont les habitants de l’Hémisphère du Nord. Ils cultivent la théorie du complot, traitant le changement climatique de « mythe » ou de « fantaisie ». Qu’en savent-ils réellement? Ils ont un climat tempéré. Et il neige chaque année. Pour l’instant.

Je m’excuse de douter de votre volonté et de votre sincérité aujourd’hui. On clame que le monde a marqué un temps d’arrêt. On se dit finalement que les scientifiques sont peut-être plus crédibles que les voix des puissantes multinationales cupides ou des politiques manipulateurs et corrompus. On se dit tellement conscient des enjeux qu’on se permet même de fixer des objectifs, alors que les autres rencontres internationales n’ont jamais débouché à un consensus. L’ambition actuelle: limiter à 2 degrés le réchauffement de la planète… en 2050.

Je m’excuse, en tant qu’ancien altermondialiste, de mon pays insulaire, je rigole presque de désespoir. Aujourd’hui, je suis de ceux qui pensent que les dégâts sont irréparables: nous avons franchi le point de non-retour. Et ce n’est pas en transformant les émissions de carbones en commodités que l’on peut négocier entre nations que cela va changer quelque chose. Pour moi, la majorité stupide l’emporte. Mais ce n’est pas grave, la terre nous survivra. Elle a déjà survécu aux chutes de météorites, à l’ère glacière et à d’autres phénomènes que les géologues ont du mal à décrypter.

Je m’excuse, mais vos enfants ne survivront pas 2050, avec ou sans 2 degrés de différence dans la température. Et ce n’est pas Copenhague qui vous sauvera. On vous a prévenu depuis les années 90.

Publicités


10 Responses to “Réf DT 20: Je m’excuse”

  1. What is Copenhague 2009?

    Answer: A place where many high profile persons wearing their $5000 suits will sit together to drink the latest creation of Nescafe along with the best cookies of the world.

    It is also a place where many will say what his other friends need to do, yet he, himself will never do it.

    Finally, Copenhague 2009 is just another « FAIR » maybe.

    ……………………………………………………………………..

    Well maybe 2050 we’ll still find it cool to live on this planet, but for the 2100+… I wonder what my grand childrens will live in this world.

    • One thing is for sure though. Mauritius will be going there to negotiate « compensation funds », justified by a discours d’intention around the Maurice Ile Durable discourse. Our delegation will not come back with a solution for Gamma-Covanta case, or the situation of ile aux Aigrettes, or the dwindling of our beaches due to sand erosion of the rising of the sea level etc etc. They will come here with a promise of funds. Period.

  2. Copenhague : Annulons le sommet de la dépopulation !

    Par Helga Zepp LaRouche (www.solidariteetprogres.org)

    Le sommet de l’ONU sur le climat, qui se tiendra à Copenhague du 6 au 18 décembre, avec la participation de 193 nations, 65 chefs d’Etats et de gouvernement et 20 000 délégués, repose sur une fraude gigantesque et doit être immédiatement annulé. Il ne s’agit pas uniquement d’économiser les frais d’un évènement dont le seul but est de promouvoir le malthusianisme, mais d’empêcher l’instauration de facto d’un gouvernement mondial.

    Alors que plus de mille scientifiques ont pris leurs distances avec la thèse du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) sur un réchauffement global causé par l’activité humaine, les manipulations incroyables, récemment révélées par des pirates informatiques qui ont intercepté les courriels de certains chercheurs de l’Unité de recherche sur le climat (CRU) de l’université d’East Anglia, en Angleterre, fournissent la preuve ultime du caractère frauduleux de cette affaire.

    En réalité, les données statistiques brutes, non corrigées, provenant des stations météorologiques, indiquent peu ou pas de changement au cours des 150 dernières années. La moitié des observatoires décèlent même un léger refroidissement et constatent au contraire que depuis environ dix ans, nous assistons à un refroidissement global ! A quoi bon donc, une campagne aussi onéreuse pour prouver le contraire ?

    La réponse est claire : à part toute une armée de spéculateurs, qui voient dans le commerce des émissions de CO2 une nouvelle opportunité pour faire les poches de la population, il s’agit essentiellement d’une politique de l’Empire britannique, ou, plus précisément, du prince Philip d’Edimbourg. Ce dernier a exprimé à plusieurs reprises son souhait explicite de se réincarner en virus mortel, afin de contribuer plus efficacement à réduire la population. Le 12 novembre, le patron américain du Fonds mondial de la nature (WWF), organisme cofondé par le prince Philip, déclara à la presse : « Nous estimons fondamental pour le Président Obama de se rendre à Copenhague, afin de regarder les autres dirigeants dans les yeux, de leur communiquer notre engagement en tant que pays et d’obtenir le leur. » Et Obama d’annoncer promptement, revenant ainsi sur ses déclarations antérieures, qu’il ira à Copenhague le 9 décembre.

    De plus, il est monstrueux qu’une organisation officielle de l’ONU, en l’occurrence le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), et le gouvernement danois veuillent mettre officiellement la question de la réduction de la population à l’ordre du jour du sommet sur le climat. Selon le journal danois Berlinske Tidende, la ministre danoise du Développement, Ulla Toerness, a admis le caractère controversé de cette proposition qui, dans plusieurs pays, demeure tabou. Mais puisqu’il y a un lien entre croissance démographique et changement climatique, cette proposition remporte aussi le soutien complet du Premier ministre danois.

    L’organisation britannique Optimum Population Trust (OPT), qui mène une croisade ouverte en faveur d’une réduction démographique globale, affirme dans une étude que l’une des meilleures façons de combattre le prétendu « réchauffement global » consiste à empêcher les naissances, parce qu’éviter la naissance de nouveaux « pollueurs » est un moyen bien moins coûteux d’endiguer la « catastrophe climatique » que d’acquérir des sources d’énergie renouvelable. Selon l’étude, on pourrait empêcher un demi-milliard de naissances, et donc 24 milliards de tonnes de CO2 sur les 40 prochaines années, ainsi qu’une dépense de 200 000 milliards de livres sterling.

    Tout aussi révélateur est le fait que, selon le magazine Forbes, les « 14 personnes les plus riches du monde », qui ne sont pas les moins étrangères à l’économie de casino que nous subissons aujourd’hui, se sont déjà réunies le 5 mai de cette année chez le président de l’université privée Rockefeller. Pour Bill Gates, Warren Buffett, Michael Bloomberg, George Soros, Peter Petersen, David Rockefeller Jr. et d’autres participants à ce cénacle, la croissance démographique représente assurément la pire menace environnementale, sociale et industrielle de notre époque.

    Par ailleurs, le 5 juin, se déroulait à la London School of Economics la conférence préparatoire au sommet de Copenhague, organisée par le Policy Network, le think-tank de Tony Blair. Celui-ci, dont la paternité de la guerre en Irak fait aujourd’hui même l’objet d’une enquête en Grande-Bretagne, y a prononcé le discours d’ouverture, soulignant la nécessité d’un « changement révolutionnaire d’attitude ». Pour cela, les Etats-Unis devraient, à eux seuls, réduire leurs émissions à un dixième de leur niveau actuel ! Blair a clairement estimé que le plus gros problème est que la Chine veuille réaliser « la plus grande industrialisation que le monde ait jamais vue ».

    Lors d’une conférence de trois jours sur le thème de « la grande transformation », organisée à Essen, en Allemagne, par la Fondation Mercator en collaboration avec l’Institut du climat de Potsdam et de Wuppertal, on pouvait lire dans le prospectus présentant le panel du quatrième groupe de travail : « Les sociétés démocratiques peuvent-elles faire face aux effets de profonds changements du climat global, ou des régimes autoritaires seraient-ils plus à même de mettre en oeuvre les mesures nécessaires ? » L’un des participants, Hans-Joachim Schellenhuber, qui dirige l’Institut du climat de Potsdam, y avait récemment invité le prince Charles à une « discussion d’experts sur les thèmes de l’environnement et du climat ». (Schellenhuber est par ailleurs dignitaire de l’ordre britannique le plus prestigieux, l’Ordre de la Jarretière.)

    On ne peut qu’être d’accord avec Lord Christopher Monckton dans son analyse de l’imposture climatique et de la conférence de Copenhague : il s’agit bien, en effet, d’une tentative d’établir un gouvernement mondial non élu, jouissant de pouvoirs considérables et sans précédent. Pris en flagrant délit de mensonge, un petit groupe de « scientifiques » est désormais reconnu coupable d’un acte frauduleux et criminel. L’ex-ministre des Finances britannique, Lord Nigel Lawson, rejoint par tout un groupe d’autres Lords, auteurs et journalistes, vient de lancer un nouveau site internet, ainsi qu’une Fondation de politique du réchauffement climatique (GWPF), voués à combattre cette imposture.

    Hélas, il ne fait aucun doute qu’un consensus existe dans le camp pro-britannique de l’Establishment international pour répondre à la crise systémique financière mondiale par un nouveau fascisme, sous lequel les pauvres, faibles et malades seront sacrifiés aux intérêts spéculatifs.

    Une telle politique tombe sous le coup des Lois de Nuremberg de 1946. Quiconque entend participer à la conférence de Copenhague devrait y réfléchir. Après tout ce que le grand public vient de découvrir, il n’y a qu’une solution raisonnable : annuler au plus vite ce sommet.

    Appel envoyé par David C. – david.cabas.over-blog.fr

  3. Merci, David Cabas, pour cet article. Mais je vais décliner l’invitation d’entrer dans une polémique entre les faits et la fiction, la speculation et la manipulation ou la l’agenda personnel et l’avenir de la planète. A Maurice, nous avons l’habitude de la réplique « on peut faire dire ce qu’on veut aux chiffres », qu’ils sortent de rapports officiels, mails piratés ou tablettes en pierre de monts sacrés.

    Alors je me permettrai de rester sur ma position que tout ceci n’est qu’une autre conférence qui n’avancera pas la cause de l’état de la planète. Je vais toutefois préciser cette idée, en m’enrichissant de votre article. Un gouvernement mondial? Pourquoi pas. Pour faire quoi? Faire entrer le cours du CO2 parmi les ressources dans le marché mondial: le pétrol ou l’or. Là, votre idée me semble plausible, les neolibéraux sont de plus en plus inventifs ces dernières années (la crise par exemple…).

    Sinon par rapport au reste, je suis un habitant d’une île insulaire, perdue au milieu de l’Océan Indien. Le réchauffement de la planète est un fait pour nous ici. La fonte des glaciers de l’Antartique nous touche directement à petit feu depuis plusieurs années. Le cycle des cyclones tropicaux qui nous frappe est aussi perturbé. L’écosystème est tout chamboulé et, moi, je le vis ici. Loin de vous autres de l’Hémisphère du Nord.

  4. Merci du commentaire sur mon blogue, et je me permettrai aussi de parcourir le votre dès que j’ai deux minutes aujourd’hui.

    Au plaisir de se recroiser

  5. je partage un peu ton avis, la seule lueur d’espoir c’est que les « tetes pensantes » se rendent compte qu’il est plus que temps de faire quelque chose, le hic, c’est que ce n’est pas eux qui ont le pouvouir de faire mais le « Grand Kapital! » et que tant que on voudra faire du fric avant tout, rien ne pourra se faire. de toutes fa… See Moreçons si rien ne se fait, c’est notre mère la Terre qui va s’en occuper et là, la solution sera radicale mais nous ne serons plus là pour y voir (ou alors quelques groupes survivants par ci par là de chasse et de cueillette. Aprés tout j’en arrive presque à souhaiter cette solution! La seule espèce nuisible étant l’Homme. Je sais cela peut paraitre hitlérien comme position mais je deviens vraiment pessimiste avec l’age et puis de toute manière je ne serai plus présent pour le voir, je crains juste pour vous et vos enfants….

    • Malheureusement, c’est la conclusion à laquelle, nous personnes raisonnables, terminons notre reflexion sur la question. Dommage que tous autour de moi pensent que je suis un psychopathe. Et dommage que les seules personnes avec une opinion argumentée sur la question (vous) soient à 12 000 km d’ici!

  6. Le fil des événements de la dernière journée de la dernière chance…

    Réactions:
    «C’est un scandale absolu, c’est moins que rien», s’énerve Husting, de Greenpeace.
    «On a assisté à un fiasco complet, c’est désespérant»: Journaliste et activiste écolo bien connu, Georges Monbiot
    Le NY Times a le sens de l’euphémisme. Le deal «est en deça des plus modestes attentes du sommet». Tss, tss, Obama dit que c’est wonderful – Libération
    Obama: «We have come a long way but still have a long way to go».
    Un délégué, écoeuré: «18 heures de taf par jour, à raconter l’angoisse des populations ravagées par les changements climatiques. Et ça????»

    Tout ça pour dire que, des fois ça m’arrive de regretter d’avoir raison. Bon, ma contribution à Copenhague s’arrête ici, je vais recommencer à bloguer normalement à nouveau bientôt.

  7. I will only add – puisque tout est dit – Gardons espoir.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :