Réf DT 13: Qui n’est pas communaliste?

22Oct09

Extra de la page Facebook de Jean-François Leckning, du magazine "People"Extrait de la page Facebook de Jean-François Leckning, du magazine « People »

En 2009 à Maurice, le pays pratique ouvertement une politique de distinction entre les communautés : la Constitution reconnaît cette distinction, certes pour des raisons électorales. Dans la vie de tous les jours, lorsqu’on se côtoie, lorsqu’on se mélange le temps d’accomplir les activités économiques et commerciales du pays, entre nous, nous sommes « ene sel lepep, ene sel nation ». Et lorsqu’on fait face aux autres – les étrangers – on se dit fiers d’être un pays « multi-culturel ». Sauf que, en disant cela, nous reconnaissons immédiatement le fait d’être divisés, mais vivant tel un ensemble. Mais ensemble nous dialoguons, nous rions, nous mangeons et nous jurons mauricien.

Puis la politique a débarqué avec ses gros souliers. De ces communautés, il a dressé une hiérarchie. Et de cette hiérarchie il a créé le communalisme. Soit, l’art de frustrer une communauté par rapport à une autre, l’art de créer des clichés parmi ces communautés, l’art de dénigrer l’une par rapport à l’autre. La politique a tellement bien réussi dans sa tâche que, aujourd’hui, chaque parti politique s’est attaché les allégeances de pratiquement tous d’une ou de plusieurs communautés. Mais pire encore. Ces communautés ont fini par croire dans ces reflexes énumérés plus haut. Et ils perçoivent la société aujourd’hui uniquement selon ces reflexes.

En 2009 à Maurice, l’inspectorat sanitaire du ministère de la Santé verbalise un restaurant de Kentucky Fried Chicken pour avoir opéré alors qu’une canalisation de tout-à-égoût mélangait une odeur nauséabonde avec celle de la fameuse recette secrète. Il aura d’ailleurs fallu une plainte du public pour que l’inspectorat n’intervienne. Profitant de la situation, un employé de KFC dénonce, à travers une lettre anonyme, des pratiques qu’on n’associerait pas d’habitude à une telle enseigne internationale: servir des produits périmés.

Une descente dans la branche de Mahébourg de l’enseigne révèle un fond de vérité à la lettre: des packs de jus périmés sont saisis… et du poulet non-étiqueté découvert. Une offense selon la loi. Car on ne peut retracer l’origine du produit et on ne peut savoir s’il est périmé ou pas. Un Interdiction Order est servi, le temps de conduire des analyses sur le poulet. Entre temps, d’autres descentes dans d’autres restaurants de KFC sont effectuées avec le même résultat. Et puis, scandale ! La salmonelle est découverte dans les échantillons de poulet. La chaîne KFC est sommée de fermer ses restaurants.

En 2009 à Maurice, les relations publiques et la manipulation de l’opinion des consommateurs à des fins mercantiles sont devenues des disciplines rémunérées. Face à cette crise, le groupe Food and Allied Ltd. (FAIL) qui représente l’enseigne KFC déploie les gros moyens. Pendant une première semaine, silence radio. Pourtant, sous la fumée des premières déflagrations, la stratégie se dessine, les pions se mettent en place, les tireurs se positionnent. Ils attendent le mot d’ordre. KFC tente une première réplique, timidement, en défiant ouvertement les résultats des tests de l’inspectorat du ministère. Le ministère est l’instance régulatrice, le juge, le défenseur de la santé des citoyens mauriciens. Il n’est pas une entité rompue aux méthodes de messages subliminaux à des fins commerciaux.

Le Ministre, Rajesh Jeetah, réagit quand même à travers des interviews dans la presse. Trop timidement. Il ne convainc pas (et ). Le match vient à peine de commencer et les spectateurs – la population mauricienne – commencent à douter. Qui croire dans cette histoire ? Dès ce moment, FAIL a l’avantage stratégique : aussitôt l’interdiction levée, le groupe lance une offensive PR rarement vue à Maurice. Poster, clips vidéos, micro-trottoir rapporté en texte, audio et vidéo. KFC is back! Mais aussi le marketing viral : clip sur Facebook, Youtube et des messages de propagande commerciale relayés en masse à travers e-mail. Le ministère est battu.

En 2009 à Maurice, pouvoir politique et pouvoir économique se conjuguent aux mêmes réflexes. Dans ce rapport, on est vindicatif : on n’explique aucune manœuvre sans y saupoudrer démagogie et communalisme. A partir de ce moment, il ne s’agit plus d’une affaire d’état contre une entreprise privée, mais d’un parti politique contre les supporteurs d’un autre parti. Par extension, une communauté contre une autre. Et quoi de mieux lorsque le ministre en question a, à son actif, un lourd passé de confrontations avec la communauté qui détient le plus de pouvoir économique ?

La stratégie de communication de FAIL est déjà en place et elle marche au niveau de la diffusion. Il faut juste y insuffler une nouvelle dimension : celle de la politicaillerie, démagogique et communaliste. Et le ministre de la santé, Rajesh Jeetah, s’y prête malgré lui. Dès le départ, des rumeurs circulent sur l’arrivée prochaine d’un compétiteur de KFC à Maurice: Nando’s. Cette opération du ministère de la santé est jugée trop suspecte dans ce contexte. D’autant plus que l’on associe à un proche de Rajesh Jeetah le titre de promoteur de Nando’s… L’équation est vite faite, les conclusions évidentes. Surtout, le reflexe démagogique et communaliste plus que jamais présent.

En 2009 à Maurice, le communalisme est si présent dans notre psyché, que notre jugement en est victime. Nous ne voyons rien, nous percevons. Nous n’écoutons rien, nous interprétons. Nous ne comprenons rien, nous sommes conditionnés par les idées des autres. Et là, on nous demande de faire un choix.

Ou nous choisissons que le rôle de KFC n’est pas de faire plaisir à la population en leur offrant un repas rapide sain, mais opère selon un modèle économique viable, trop meme, ce qui a mené l’enseigne à nous servir du poulet avarié infecté de la salmonelle. Ou nous choisissons que Rajesh Jeetah est animé d’un sentiment politique communaliste et en veut au « grand-capital », ceux qui détiennent le pouvoir économique.

En 2009 à Maurice, ce choix est régi par notre appartenance politique. Et par extension, notre appartenance à des communautés. Moi, ma communauté étant le journalisme, en tant qu’un des premiers à avoir annoncé la saisie des produits périmés de KFC, j’ai tendance à croire la version de l’Etat. J’ai vérifié mes informations, elles sont fiables. KFC a menti sur toute la ligne et manipule habilement l’opinion publique. Le passé et la communauté de Rajesh Jeetah constituent une vulnérabilité. Ce qui n’aide pas sa cause. Le groupe FAIL profite de cette perception démagogue et communaliste.

Mais on en déduira sans doute que 1132nd est de la même communauté que Rajesh Jeetah. Après tout, qui n’est pas communaliste à Maurice? Et vous? Qui croyez-vous? Ou plutôt, de quelle communauté êtes vous?

Publicités


14 Responses to “Réf DT 13: Qui n’est pas communaliste?”

  1. J’ai reçu ceci dans ma boîte e-mail aujourd’hui:

    « Samedi soir, à la re-ouverture de KFC, fermé par ordre de la direction (dixit jeetah…) alors que j’étais à l’intérieur du fast-food, il y avait un groupe de jeunes au comptoir qui passait sa commande. A un moment j’entendis l’un d’eux crier :  » eta! fer moi gagne deux jeeta or toi ». Les clients se sont regardés d’un air étonné mais amusé car personne n’avait entendu parler du produit jeeta auparavent. Finalement, après avoir suivi la scène, je compris vite que ces deux jeeta n’étaient rien d’autres que deux « pilon » de poulet.
    Voilà un ministre de la république qui a fini par se ridiculiser à force de vouloir trop en faire.
    Aujourd’hui, si vous désirez un pilon KFC qui peut parfois paraître grossier, il vous suffit de demander « ene jeeta » et vous aurez le même produit.
    Mauritius c’est du plaisir. Amusant, n’est-ce pas?

    Written by Eric Gimbeau’ on his Facebook wall »

    Mesdames et messieurs, nous sommes en 2009 à Maurice, et vous croyez toujours ce que vous disent les politiques…

  2. Actuellement, j’ai lu ce commentaire (Jeetah = ***** KFC) sur le wall d’un parti politique. Voici le texte:

    Jonathan Andre Chatigan Samedi soir, à la re-ouverture de KFC, fermé par ordre de la direction (dixit jeetah…) alors que j’étais à l’intérieur du fast-food, il y avait un groupe de jeunes au comptoir qui passait sa commande. A un moment j’entendis l’un d’eux crier :  » eta! fer moi gagne deux jeeta or toi ». Les clients se sont regardés d’un air étonné mais amusé car personne n’avait entendu parler du produit jeeta auparavent. Finalement, après avoir suivi la scène, je compris vite que ces deux jeeta n’étaient rien d’autres que deux « pilon » de poulet.Voilà un ministre de la république qui a fini par se ridiculiser à force de vouloir trop en faire.Aujourd’hui, si vous désirez un pilon KFC qui peut parfois paraître grossié, il vous suffit de demander « ene jeeta » et vous aurez le même produit.Mauritius c’est du plaisir. Amusant, n’est-ce pas?
    Tues at 20:47 · Comment · Unlike · ReportYou, Jevin Sunassee, Zahid Mohoboob and Arasen Parama Vinaiyagum like this.

    Concernant l’affaire de KFC, moi j’ai entendu une autre version. Pouvez vous me dire qui est le promoteur ou la cie derriere la re-introduction de la franchise Nando’s a Maurice svp? Connaissant bien Maurice et le track record de Jeetah, je preferre faire confiance a une autre source que celle de son ministere.

    Si je suis communaliste, non. Il n’y a rien de communal dans la fermeture des sucursales KFC … mais je m’etonne que de l’exces de zele du ministere la veille des elections, alors que les marchands ambulants de Port Louis vendent tout et n’importe quoi sans aucun controle.

  3. Je n’ai pas voulu l’inclure dans mon post, mais je reviens là-dessus. Il faut comprendre que l’inspectorat a réagi à une plainte. Ceux qui se plaignent du marché central ou des marchands de rues savent ce qu’ils ont à faire: dénoncez! Envoyez des lettres! Si l’inspectorat ne réagit pas à ce moment, je me plierai à votre conclusion. Sinon, je maintiens la mienne.

    Sinon par rapport au promoteur de Nando’s, la seule version officielle sont les réponses de Rajesh Jeetah à des questions de Fabrice Acquilina de l’express dimanche: (la version sur le site http://www.lexpress.mu est tronquée, j’essaierai d’avoir la version intégrale demain).

    (…) Je ne vous dis rien, je vous pose des questions. Est-ce que Nando’s…
    Qui est Nando?
    Une chaîne de fast-food sud-africain, un Mauricien…
    Ils sont à Maurice?
    Un Mauricien aurait aimé ouvrir une franchise.
    J’aurai aimé savoir qui.
    On dit que vous êtes proche de lui, c’est faux?
    Mais de qui parlez-vous? Vous êtes en train de faire des allégations… Je… Je… Je ne sais même pas… Ecoutez-moi: une entreprise se met hors-la-loi et me prête ensuite de fausses intentions. C’est trop facile enfin! Quel pays au monde encourage le fast-food business? Quel professionnel de la santé? Pas moi en tout cas.
    (…)

    • Je ne suis pas interesse avec la reponse de Jeetah. Je veux savoir QUI EST LE PROMOTEUR DE NANDO’S A MAURICE. Je jugerai par moi meme apres. Nando’s n’a pas ete parachute par des extra-terrestres quand meme! Qui est ce promoteur derriere Nando’s? D’ailleurs Jeetah n’est pas place pour repondre a cette quesiton. Son « ignorance » ressemble a celui de Dharam Gokhool qui la veille des elections de 2005 disait qu’il ne comprenait pas le jargon footballistique de Choonee (Ca election la, c’est un match cadets-fire-scouts vs dodo club). Je m’attends a ce qu’une source independante me dise qui est derriere l’introduction de Nando’s a Maurice. Je jugerai ensuite.

      • Relis ma phrase Bruno: « Sinon par rapport au promoteur de Nando’s, la seule version officielle sont les réponses de Rajesh Jeetah à des questions de Fabrice Acquilina de l’express dimanche »

        La réaction de Jeetah vaut ce qu’elle vaut. Mais pour moi elle est pertinente à mon article car elle s’inscrit dans le CONTEXTE de ce qu’on débat ici: la dimension politico-communale qu’a pris le débat. Dans ce contexte, l’identité de ce promoteur – qui ne s’est pas manifesté publiquement jusqu’à l’heure – importe peu. C’est sa connexion avec Jeetah qui fait qu’il trouve sa place dans ce débat. Je ne suis pas ici pour débattre sur la valeur des réponses de Jeetah, ni en faire une analyse psycho-linguistique pour déterminer s’il ment ou pas. Sur cette connexion, voilà ce que Jeetah a eu comme réponse officiellement à ce jour.

    • Selon certain oui-dire, le promoteur ne serait pas de la communauté Hindoue. Je n’ai pas vu de dérapage communal jusqu’à la parution de ce blog post.

      • The writings are on the wall. J’ai tenu à inclure les extraits des discussions sur ce wall pour dénoncer la polarisation de ce débat dans certains cercles. Je ne vais pas mâcher mes mots. Dans cet affrontement, nous voyons les euro-créoles prendre parti pour KFC et les non-euro-créoles prendre parti pou Rajesh Jeetah, à quelques exceptions près. Dans certains milieux à Maurice, la question ne se pose plus. D’ailleurs, comment expliquer que certains trouvent l’action de l’inspectorat sanitaire comme « scandaleux » ou « abusif »? Traces élevées de la salmonelle il y avait! Seul l’explication politique, et par extension communale, explique ces positionnements extrêmes.

  4. J’attends toujours que ce Jacques Catherine nous fasse la leçon sur la question de ce qu’il fallait poser comme question à Jeetah. D’ailleurs si quelqu’un peut lui passer le lien de ce blog. Et lui réitérer ma demande, ce serait sympa.
    Monsieur le Professeur Catherine gagnerait aussi à savoir qu’un de mes confrères et amis, un monsieur qui a fondé FRANCE INFO, m’a dit ce mercredi: « tu diras à ton journaliste que son interview était très bien! » A bon (M.Jacques Catherine) entendeur, salut!

  5. Pour ce qui est du wall post de Guimbeau, comme je ne suis pas ami avec lui sur Facebook. Je n’ai pu constater de visu s’il a effectivement écrit cela. Si c’est le cas, Eric, c’est pas comme ca que tu feras de la politique « différemment! »

  6. Un paragraphe dans ce post m’a interpellé: http://bit.ly/1hUqMy

  7. 11 Caroline

    I think that the authorities only did their job after receiving that letter. There is a need for a reaction to an action as written in Newton’s First Law. But I won’t hide my support for KFC. As I said, having worked for a branch of Yum Restaurants, I’m sure that they do respect the rules and regulations. If ever you go abroad, will you be doubtful having dinner at a franchise ?

    • I would tend to trust a fast-food franchise abroad, than in Mauritius. Meaning, I would trust that given the legislation, no one would want to risk heavy penalties and backlashes on their goodwill and serve us expired food. What do they risk in Mauritius? A Rs 2 000 fine. Is that a massive deterrent to avoid some form of malpractice? Hell no… On that ground only, I give the authorities the benefit of the doubt in this case: KFC is not here to please us or to satisfy our gluttony, it’s here to make money. And in the face of a crisis, at any cost. That’s the explanation I believe in.

  8. Avec ou sans normes d’excellence, avec ou sans inspectorat sanitaire fiable, avec ou sans une législation de fer qui pourrait décourager les pratiques douteuses, les franchises de fast-food ne sont jamais excemptes de critiques:

    “Mais ce n’est pas tout. Le sujet démontrait également que les poulets censés être Halal vendus chez KFC ne sont pas abattus selon le rite musulman tel que l’établissent les mosquées françaises. Là encore, les journalistes prennent le soin de contacter KFC pour obtenir une réaction. Là encore, la direction de M6 refuse toute mention de KFC.

    Tony Comiti, qui n’a pas souhaité commenter les informations de Libération, a livré le sujet tel quel à M6, sans y couper quoi que ce soit. La direction de M6 a tout bonnement écarté le reportage pour le remplacer par une rediffusion. « Le sujet était béton et journalistiquement et juridiquement, proteste un journaliste de la Six, il y avait la réponse de McDo et la réponse de KFC, cette censure fait froid dans le dos. » Aucune explication n’a été fournie à la rédaction de M6 ni à celle des magazines qui, vendredi, a lancé une pétition de protestation.”

    Source: Libération : M6 censure une enquête de « Zone interdite »
    par Isabelle Roberts, Raphaël Garrigos
    http://www.ecrans.fr/Info-Liberation-M6-censure-une,8402.html

  9. 14 Sky

    Enfin… Du poulet qui révèle tant de choses sur le psyché du Mauricien moyen…
    Concentrons-nous sur les faits:
    – Mauvaise odeur au KFC –> plainte du public –> enquête –> fermeture
    Logique, rien à re-dire sur la séquence des événements.

    Mais si on considère ceci maintenant:
    – manque d’hygiène élémentaire dans les rues –> tout le monde continue de manger comme si de rien n’était –> –> pas de plainte –> tout le monde est content.

    Ben, c’est le caniveau de médiocrité dans le lequel le bon peuple de Dodoland s’engluera à jamais: tant que le public en général ouvre son orifice buccal (pour ne pas dire sa grande gueule) que pour se goinfrer de trucs pas sains (c-à-d: tout ce qui est trop gras / sucré / salé / épicé) vendus sur les rues et ferme les yeux (et son orifice buccal) sur le cruel manque d’hygiène qui crèverait les yeux d’un aveugle et piquerait le nez d’un anosmique, alors… Bon appétit!

    Ceux qui mangé dans les fast-foods de Singapour vous le confirmeront: chaque échoppe doit obligatoirement afficher sa licence d’hygiène délivré par leur ministère. Et apparamment, cette licence n’est valide que pour un petit mois, et est à renouveler après un exercice de vérification rigoureux. Singapour restera pour longtemps encore un fantasme, hein?

    Pourvu qu’ça dure!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :