Réf DT 03: Home – l’éco-capitalisme

22Sep09

Qu’est-ce qui cloche chez HOME, le film de Yann Arthus-Bertrand? Utilisant toute la maitrise de la nature par l’homme – molecules, photons et ondes radios – ce film a su titiller la curiosité de pratiquement toute la planète pendant une semaine, promettant d’éveiller la conscience collective sur l’état de notre planète, notre Mère-nourrice, notre Home.

Pendant un moment, à défaut d’agir comme eux, tous ont pensé comme les écolos – les vrais. Mais que s’est-il passé par la suite? Pourquoi ce film n’a-t-il pas eu le même effet domino qu’une autre idée retranscrite sur celluloide, An Inconvenient Truth d’Al Gore, sur le psyché de cette population mondiale ?

Il fut un temps, le message était clair. Le combat dans les rues. L’ennemi était connu: les multinationales. En deux temps trois mouvements, l’action alter-mondialiste s’est levée spontanément, réunissant toutes les personnes partageant les mêmes craintes, mais exprimées différemment – l’oppression politique, la pauvreté mondiale grandissante et la destruction écologique par les multinationales, favorisées par les bailleurs de fonds internationaux. On a eu droit à notre propre combat: Battle in Seattle, entre autres.

Puis, le silence. A force de marteler les mêmes messages sans avoir d’effet visible, personne ne suit plus. Ils n’écoutent même plus. Le mouvement s’estompe, se désintègre, laissant derrière lui des groupuscules fanatiques qui continuent leur combat au niveau individuel. Mais voilà. Les multinationales, elles, ne restent pas les bras croisés. Le feu qui les a menacé pendant ce qui représente un clignement des yeux dans leur espace-temps ne peut être combattu que… par ce même feu.

Avec Home, c’est un nouveau pan de l’histoire populo-politique qui s’est dévoilé à la planète: la démonstration de l’éco-capitalisme. Les premières critiques se font entendre: Rue 89, Libération. Washington Post. Les reproches, quasiment les mêmes: Home n’a pas d’autorité morale pour défendre de tels idéaux.

Le financement est douteux (le groupe PPR, réunissant des marques représentant le capitalisme qu’ont toujours combattu les alter-mondialistes). L’éxecution corrompue (les images d’un hélico, avec la promesse que « les dégats en carbonne seront compensés avec les recettes du film »). Les messages flous (notamment en ciblant uniquement certains pays « politiquement incorrects » et occultant les principaux suspects basés en EU et aux USA).

Au final, on est en face d’un clip publicitaire de la collection photographique de Yann-Arthus Bertrand qui dure plus d’1hr 30. Le message, occulté, n’accroche pas. On n’est pas convaincu. Mais la récupération capitaliste, elle, est partiellement réussie. Et ce qu’elle annonce n’est pas de bonne augure. L’éco-capitalisme est parmi nous, et comme tant d’autres produits, avec l’étiquette « à consommer sans trop réfléchir ».

Publicités


One Response to “Réf DT 03: Home – l’éco-capitalisme”

  1. As usual complicated views. Anyways welcome back in blogging world 😀


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :