Réf DT 02: Pro-élitiste? Peut-être. Mais je suis avant tout réaliste

16Déc08

On se lamente, on critique, on démolit et on piétine. Le Certificate of Primary Education (CPE) n’est que cultiver l’individualisme, le « rat race », l’égoïsme, privant l’étudiant de « l’enfance » de ces précieuses années.  Cette année, un peu plus de 26 000 étudiants ont pris part à cet examen du fin du premier cycle scolaire à Maurice. Parmi, 12 293 ont réussi et se sont vu offerts des collèges « nationaux ». 10 737 étudiants ont quant à eux échoué. Le CPE de Maurice demeure un éternel débat, mais pourtant une équation si simple.

Recul 01: Un débat en deux tranches, mais penchons-nous sur la première pour l’instant. Qu’on se le dise, pour une bonne partie de ces 26 000 étudiants, le secondaire rime avec Collège Royal de Port-Louis et de Curepipe, Collège Queen Elizabeth et autres « Star Schools ». A raison d’une centaine de places par « Star School », ces collèges « d’élite » ne peuvent accommoder que le nombre d’environ 500 à 600 étudiants par année. Sur quelle base décider donc pour savoir qui se verra admettre aux « Star Schools »?

Recul 02: « Fabricant de boursiers d’État », « Institution réunissant l’élite du CPE » ou encore « Établissement aux facilités, infrastructures et enseignement d’élite ». Autant de qualificatifs pour justifier le terme – aujourd’hui péjoratif – de « Star School ». Mais au-delà de la légende urbaine, qu’offrent donc les « Star Schools » que les autres établissements secondaires du pays n’ont pas?

Au risque de passer pour une mauvaise langue, on doit reconnaître que les enseignants ont tous suivi la même formation – celle de la Mauritius Institute of Education, les bâtiments conçus et réalisés par les même promoteurs – l’État, et les spécifications pour un collège du secondaire les mêmes. Comment donc expliquer cette engouement, ou chasse aux sorcières, face aux « Star Schools »?

Constat 01: Perdu dans les échanges balistiques entre les deux camps, les « promoteurs de l’élite » clament souvent que le seul élément justifiant le titre de « Star School » demeure le fait de réunir « l’élite » dans un seul établissement. Une « intelligence collective » qui permet l’épanouissement de ceux s’étant distingués dans un premier temps aux examens du CPE. Une pratique courante dans d’autres pays, mais justifiée ailleurs par le fait que de tels établissements soient payants.

Constat 02: La plupart des « Star Schools » souffrent d’un mal aujourd’hui: le vieillissement. Les bâtiments tombent souvent en ruine, les infrastructures impraticables et des facilités inutilisables. Si l’enveloppe tombe en ruine, les résultats du Higher School Certificate sont plus éloquents sur l’âme de ces institutions: les « Star Schools » remplissent amplement leur contrats.

A défaut de mieux, il faudra reconnaître que l’argument de « l’intelligence collective » est la meilleure explication qui nous est disponible pour justifier le titre de « Star Schools ».

Conclusion 01: Les infrastructures physiques n’y sont pour rien, l’historique et la dimension « élitiste » qu’on leur confère systématiquement sont les seules justifications pour ce statut spécial. Comment s’y prendre dès lors pour rétablir l’équilibre entre les autres établissements et les « Star Schools »?

Il n’y a que deux solutions possibles: effacer et réécrire l’histoire des « Star Schools » en les mettant au même rang que les autres collèges nationaux – une vaine tentative masquée par la « régionalisation » – ou alors rehausser et doter les autres institutions de la même dimension d’élite aux autres collèges.

Un nivellement par le bas, ou un nivellement par le haut. Et bizarrement, les politiques démagogues s’acharnent tous sur la première solution, reconnaissant opter pour la solution la plus facile et imposer ainsi leur réforme sur l’histoire.

Ainsi, on arrive au point de reconnaître qu’on n’a pas les moyens d’un nivellement par le haut et on devrait refuser le nivellement par le bas. Ce qui nous laisse une seule option:  concéder que seule une poignée d’institutions devraient être des « Star Schools ». Dans ce cas, aspirer à réunir les « meilleurs éléments » dans un seul établissement afin de promouvoir leur épanouissement passe par une premiere étape: il faut déterminer qui sont ces « meilleurs ».

Et un examen au niveau national – le CPE – est la seule solution pour décider qui seront les 500 à 600 étudiants des 26 000 qui seront admis dans ces collèges. La boucle est bouclée, et nous sommes de retour à la case de départ.

Conclusion 02: Le débat est ailleurs. La question devrait être dirigée vers les 10 737 qui n’ont pas su démontrer les aptitudes nécessaires pour mériter une place dans un collège d’État. L’investissement sera et devra être conséquent: il faut plus de « collèges nationaux », des enseignants spécialement formés et des facilités adéquates pour encadrer ceux qu’on appelle « slow learners ».

Esquiver cette question et diriger toutes les critiques vers les « Star Schools » qui provoquent cette lutte acharnée est simplement et purement de mauvaise foi. La solution n’est pas la « régionalisation », la solution n’est pas de démolir les « Star Schools » afin de réécrire l’histoire. Ou encore moins de ralentir le train. Mais d’y rajouter d’autres wagons pour que l’équilibre éducatif national puisse être rétabli.

Feindre de réaliser ce fait n’est purement qu’une politique de l’autruche et le débat s’éternisera – comme c’est le cas actuellement. La question n’est donc pas qualitative, mais purement quantitative. Il ne faut pas éliminer les « Star Schools », mais il faut en créer davantage. Moi, pro-élitiste? Peut-être. Mais je suis avant tout réaliste.

Publicités


No Responses Yet to “Réf DT 02: Pro-élitiste? Peut-être. Mais je suis avant tout réaliste”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :